#DOSSIER / Mixité. Le numérique “all inclusive”


Publié le 1 juillet 2020
[addtoany]
[addtoany]

INTERVIEW

Avant les années 90, les femmes étaient très présentes dans la filière numérique. L’informatique était même la deuxième filière comportant le plus de femmes ingénieures au sein des formations techniques. Pourtant, trente ans plus tard, les femmes ne représentent plus que 28% des salariés du numérique. Comment expliquer cette érosion et surtout comment y remédier ?

Entretien avec Mélissa COTTIN (@liassem_mc), contributrice de Nantes Digital Week et Directrice d’ESTIMnumérique, une association qui œuvre pour plus de mixité et la montée en compétences des femmes dans les métiers impactés par le numérique.

Bonjour Mélissa, peux-tu présenter ton parcours professionnel ? Comment es-tu arrivée dans le numérique ? Que fais-tu aujourd’hui ?

Je me suis retrouvée dans le numérique par le plus grand des hasards, en 2010 pendant ma 1ère année de Master en alternance. Et depuis j’y suis restée. J’ai travaillé dans différentes structures : site e-commerce, agence numérique, école en informatique, startup et maintenant association. J’ai occupé des postes très variés, mais avec un point commun : faciliter les connexions humaines. Mon engagement en faveur de la mixité s’est aussi fait naturellement en constatant qu’il y a d’un côté une pénurie de talents et de l’autre, des personnes éloignées de l’emploi ou en reconversion professionnelle (notamment des femmes). L’idée de départ était donc de trouver le moyen de “connecter des mondes”, de forcer les rencontres !

Après plusieurs années à engager des actions 100% bénévoles, agir pour la mixité, faciliter les connexions, Cécile Martin, présidente de l’association ESTIMnumérique, m’a proposé de prendre la direction de la structure. Une proposition qui fait entièrement sens avec mes engagements et mes convictions.

Quelle est la place des femmes dans le numérique aujourd’hui ? Quelles fonctions occupent-elles et n’occupent-elles pas ? Quels problèmes cela pose-t-il ?

Melissa Cottin

Aujourd’hui, le numérique compte 27,4 % de femmes (tous métiers confondus), mais seulement 15% de ces femmes occupent des fonctions techniques (développement, production), soit deux fois moins qu’en 1980. Dans la filière numérique, la majorité des salariées occupent ainsi des fonctions supports (marketing, ressources humaines, administration).

Pourtant à l’heure de la digitalisation globale de l’économie, de l’intelligence artificielle (IA), du “tout numérique”, il est vital d’avoir des équipes mixtes dans l’informatique. Des outils numériques conçus exclusivement par des hommes comportent systématiquement des biais comme par exemple avec le programme de recrutement d’Amazon, basé sur une IA.

Aller plus loin : Le logiciel de recrutement d'Amazon n'aimait pas les femmes

Comment expliquer la situation ? Pourquoi les femmes ne s’intéressent-elles plus aux métiers du numérique ? C’est pourtant un secteur qui recrute et qui cherche désespérément à attirer des talents féminins.

L’image de la filière numérique s’est transformée dans les années 80 avec notamment l’arrivée du micro-ordinateur : publicités sexistes, image du geek, marketing ciblé. Malgré les évolutions du secteur et la diversité des métiers, les stéréotypes sur le secteur ont encore la peau dure ! Beaucoup d'efforts sont engagés pour promouvoir la filière auprès des jeunes filles, mais ce n’est pas encore gagné !!! On compte -6% de femmes diplômées dans la tech en France entre 2013 et 2018 (aïe !). Et 56% des femmes quittent leur fonction à mi-carrière dans le numérique, à cause des conditions de travail, l'équilibre vie pro/perso ou de l’environnement de travail.

Agir pour la mixité dans le numérique, c’est surtout un travail collectif, où individus, entreprises, acteurs publics et organismes de formation s’engagent activement et concrètement. Déconstruire des stéréotypes, faire connaître la filière et ses opportunités d’emploi, créer les conditions adéquates pour les femmes sont autant de leviers pour faire bouger réellement les lignes.

Tu es directrice d’ESTIMnumérique, une association rennaise qui oeuvre pour plus de mixité dans le numérique. Concrètement quelles sont les actions que vous déployez ?

L’association ESTIMnumérique rassemble, anime et dynamise tous les acteurs qui oeuvrent pour la mixité dans le numérique, afin de favoriser la montée en compétences des femmes dans la filière et pour lutter contre la fracture numérique. 

Chaque année, ESTIMnumérique propose plusieurs actions sur le territoire breton :

  • des rendez-vous mensuels gratuits : atelier de sensibilisation pour déconstruire les stéréotypes, coaching sur la posture professionnelle, présentation des métiers du numérique
  • une offre de services aux entreprises pour progresser sur les sujets de la mixité, de l’égalité professionnelle, de la diversité ou de l’inclusion (conférences, formations, conseils)
  • des événements accessibles à tou.te.s pour impulser le changement, créer les connexions entre nos cibles : L’EVENT, Digital job Xperience, Ramène ta mère dans la tech, Te[a]ch-Me...

L’association intervient principalement en Région Bretagne (Ille-et-Vilaine et Morbihan), et essaime aussi ses actions à Nantes depuis mon arrivée.

Connais-tu d'autres associations/collectifs à Nantes qui oeuvrent pour plus de mixité dans le numérique ? Peux-tu en parler rapidement ?

Oui ! Pour n’en citer que quelques-unes : 

  • Women@Nantes. Un réseau d’entraide entre femmes dans le numérique : salariées, entrepreneures, en reconversion professionnelle.
  • Femmes du Digital Ouest. Une association qui agit en faveur de la mixité et organise notamment le Prix FDOuest pour valoriser des femmes qui innovent dans la filière.
  • Femmes Ingénieurs. Une organisation qui a pour but de promouvoir les métiers d’ingénierie auprès des jeunes filles.

Et d’autres comme Duchess France, E-mma, Women in Tech. Les initiatives à Nantes ne manquent pas, et chaque association apporte une contribution complémentaire aux autres.

Tu es une contributrice phare de Nantes Digital Week. Ces dernières années, tu as co-organisé plusieurs événements pour promouvoir un numérique plus inclusif. Vois-tu une amélioration de la situation ? 

Nantes Digital Week est mon terrain d’expérimentation pour donner vie à mes idées, confirmer des observations sur le terrain, et “allumer des mèches” ! Et les actions portent leurs fruits.

Par exemple, l’année dernière, j’ai organisé Digital Job Xperience (13/14 septembre 2019) et coordonné le Safari des métiers du numérique (17 septembre 2019). Le premier événement a permis de révéler le numérique aux participant·e·s et le deuxième de poursuivre leur découverte de la filière numérique (entreprises, métiers, formations). À la suite de ces 2 événements, 4 personnes ont intégré une formation dans la filière numérique, alors qu’elles n’avaient aucune connaissance sur le secteur. 

Nantes Digital Week concentre une multitude de projets qui permet assez facilement de créer des passerelles ou de construire un chouette parcours de découverte de la culture numérique ! Je suis assez fière d’avoir aidé ces personnes à engager une reconversion professionnelle dans ce secteur.

Cette année encore tu es contributrice de Nantes Digital Week. Peux-tu me parler des événements que tu co-organises ?

Cette année, j’organise Te[a]ch-Me, un événement au service de l’inclusion numérique et la lutte contre la fracture numérique. Cette initiative est une réponse immédiate à la crise sanitaire et aux inégalités révélées pendant le confinement.

L’idée est de rassembler expert·e·s du numérique et public non initié pour aider à la prise en main des outils numériques et former aux nouveaux usages (bonnes pratiques et culture numérique). Cet événement est porté avec BNP Paribas, Accenture, et se déroulera le samedi 19 septembre à Loire-Atlantique Développement. Il était presque évident pour moi de porter un tel sujet pendant Nantes Digital Week ! 

Et pour la 3e année consécutive, je coordonne à nouveau le Safari des métiers du numérique qui aura lieu le 22 septembre 2020.

Un dernier mot pour les femmes qui voudraient s’orienter vers les métiers du numérique ? 

Il faut OSER !!! Je conseille 2 événements pour mieux appréhender le numérique

  • Les conférences métiers proposées par ATDEC de Nantes Métropole
  • Le safari des métiers du numérique
Dans le même thème

Nantes Digital Week lance un appel à témoignages pour récolter vos retours d’expérience sur les bonnes pratiques émergées pendant le...

Le guidon connecté de la start-up nantaise a été distingué lors du grand salon américain. De quoi donner un coup...

#NantesDigitalW, c’est aussi une idée qui a émergé. Qui est son concepteur? Francky Trichet, Adjoint au Maire et Conseiller Métropolitain...

Publié le 5 décembre 2017 #16 DIGI’QUIZZ – Francky Trichet

INTERVIEW Plus que quelques jours avant le début de Nantes Digital Week ! En attendant, découvrez l'interview de la Caisse...